...que celle d'un petit garçon maladif né à Courbevoie le 13 juin 1984....

Ce matin, direction le "Théâtre de la photographie et de l'image", pour découvrir l'expo consacrée à Jacques Henri LARTIGUE.

L'expo réunit ainsi quelque 200 photographies sur le thème de l'instant qui passe, de la brièveté du bonheur et de la fragilité de la vie et montre que l'art du photographe est autant l'évocation du bonheur qu'un combat de tous les instants contre la pesanteur et la mort.

 "Il pressent très tôt que son bonheur peut disparaître. Son statut de "petit" le privait de participer aux jeux des "grands". Jusqu'à son mythique "piège d'oeil" : "comme spectateur, je m'amuse bien. Mais, ce matin, j'avais quand même un peu envie de pleurer en les regardant quand tout à coup une idée s'est mise à me danser dans la tête, une invention féérique, grâce à laquelle plus jamais je ne pourrai être ennuyé ou triste : j'ouvre les yeux, puis je les ferme, puis je les rouvre, je les écarquille et hop! j'attrape l'image avec : les couleurs! la vraie taille! et ce que je garde c'est du vivant qui remue et qui sent. Ce matin, j'ai pris beaucoup d'images avec mon piège d'oeil...Mon invention est un merveilleux secret... Je vais pouvoir conserver l'odeur du "bon air" qui m'étourdit un peu... (Journal 1900)".

Son père Henri lui offre son premier appareil photographique à l'âge de 8 ans en 1902.

Ainsi naît une vocation.

 

 "LA FUITE DU TEMPS"

 

"Tès tôt, chez Lartigue, mémoire et bonheur apparaissent comme des réalités incertaines. Le temps passe si vite que même les personnes aimées ne sont pas plus solides que des fantômes."

 "Le génie du photographe consiste à capter, non pas la mémoire ou le bonheur mais ce qui fait leur essence, la fragilité."

 

Récemment mis à jour65

Renée à l'Eden Roc Cap d'Antibes - août 1931 (photo du haut) 

 

 

"MOURIR, CE N'EST PAS BEAUCOUP PLUS QU'OUBLIER"

 

"On a quelquefois des premières émotions uniques, après lesquelles, ensuite, on court sans jamais pouvoir les rattraper" Journal, Paris 1909

 

 

Récemment mis à jour66 

"PENDANT QUE J'AI ENCORE UNE OMBRE -Opio - 1980 

 

 

"FEMMES"

 

"Dès 1910, Lartigue se met à photographier les élégantes de l'époque dans leurs extravagantes toilettes. Il se dissimule pour mieux les saisir : de là, cette prise de vue assez basse qui traduit son exitation. Contrairement à tout ce qui se passe ailleurs dans son oeuvre, le modèle est immobile, il s'épanouit un peu comme une fleur."

 

Récemment mis à jour67

               Marie Belewsky, Cap d'Antibes ( mai 1941)                                 Renée - Biaritz (1930)

 

IMG_4864 

 

Récemment mis à jour69

 son fils né en 1921

 

 

Jacques Henri LARTIGUE s'éteint à Nice le 12 septembre 1986 à l'âge de 92 ans.

Il laisse plus de 100 000 clichés, 7 000 pages de journal, 1 500 peintures.

MERCI

 

 

J-2